Aller au contenu


Photo

Audiophile/haute fidélité


131 réponses sur ce sujet

#1 Dickduff

Dickduff

    Membre actif

  • Membres
  • PipPipPipPipPip
  • 963 Messages :
  • Gender:Male

Posté 08 March 2008 à 09:52

Salut tout le monde,

Gros soleil à Val d'Or avec un -22, -10 cet après midi avec du soleil mur à mur. Sachant que de nombreuses régions seront sous la neige aujourd'hui et que vous serez à la maison, j'aimerais vous faire part d'une réflexion sur notre passion.

Voyez-vous une différence entre l'audiophilie et la haute fidélité?

Pour vous mettre sur la piste, je dirais oui et pour bien me faire comprendre, les définitions s'imposent.

Avec haute fidélité, pas beaucoup d'ambiguité, le son réel des instruments doit être reproduit de la façon la plus réelle possible, c'est difficile mais cela demeure un objectif. On comprend ici que l'enregistrement est le maillon le plus important et que ses qualités sont prépondérantes au succès d'une écoute hautement fidèle. Aussi on parle d'objectif n'oubliez pas.

Audiophilie, vaste sujet qui trop souvent ne rime pas avec haute fidélité, la plupart du temps en tout cas. Pourquoi? Parce que la réalité (la connaissance personnelle du son des instruments, les dynamiques macro et micro, les subtiles différences entre les instruments d'une même famille par exemple) n'est pas la pierre angulaire de cette passion.

Une chaine ayant une prétention haute fidélité ne devrait elle pas être exempte de toutes colorations, lire ici les goûts personnels de son propriétaire, alors que le but c'est de reproduire le son du violon, de la contrebasse, du piano, de la guitare électrique etc le plus fidèlement possible? Est-ce que vous êtes d'accord avec ça?

Je vous avouerai que la discussion lancée par Papitwinki il y a plus d'un mois sur le son des show live, m'a interpellé. Je me suis posé la question, qu'est-ce qui est mieux, avoir le meilleur son "à tout prix" d'un show live ou avoir la meilleure représentation "advienne que pourra" de celui-ci?

Amicalement

Richard

#2 Martin

Martin

    Membre non actif

  • non actif
  • PipPipPipPipPip
  • 5743 Messages :
  • Gender:Male
  • Location:Rive Sud de Montreal

Posté 08 March 2008 à 10:23

Très intéressant. Une question: est-ce que chaque instrument ne possède-t-il pas sa propre coloration?

Un sujet très intéressant... j'ai hâte de voir ce qu'Anglofun va en dire :devil:
Placez votre main sur un poêle une minute et ça vous semble durer une heure. Asseyez vous auprès d'une jolie fille une heure et ça vous semble durer une minute. C'est ça la relativité! (Einstein)

Vivre sans musique c'est vivre sans air! (euh... celle-là est de moi!) ***************************************************************************************************************************************************************************
Système Hi-Fi: Naim SuperNait, Lecteur CD Naim CD5x, Flatcap2x, HP Spendor S8e rosenut, Cables NACA5, Interconnect Naim Hi-Line.

#3 HAL-9OOO

HAL-9OOO

    Membre actif

  • Membres
  • PipPipPipPipPip
  • 747 Messages :

Posté 08 March 2008 à 10:44

Le son des instruments lui meme peut etre ''colorer'' ou sonner differemment d'un endroit a l'autre ou il est jouer.
C'est difficile d'etre 100% objectif sinon le systeme hi-fi parfait existerais depuis longtemps.
La subjectivité est une bonne chose pour les commerce hi-fi :music:

#4 Dickduff

Dickduff

    Membre actif

  • Membres
  • PipPipPipPipPip
  • 963 Messages :
  • Gender:Male

Posté 08 March 2008 à 10:45

Très intéressant. Une question: est-ce que chaque instrument ne possède-t-il pas sa propre coloration?

Un sujet très intéressant... j'ai hâte de voir ce qu'Anglofun va en dire :devil:


Salut,

Je pencherais pour une personnalité propre, faut pas oublier que c'est l'original quand même mais admettons que ce soit le cas.

C'est, coloration ou pas, ce que la chaine devrait être en mesure d'audiocopier (néologisme) le plus fidèlement possible

Richard

#5 Dickduff

Dickduff

    Membre actif

  • Membres
  • PipPipPipPipPip
  • 963 Messages :
  • Gender:Male

Posté 08 March 2008 à 10:48

Le son des instruments lui meme peut etre ''colorer'' ou sonner differemment d'un endroit a l'autre ou il est jouer.
C'est difficile d'etre 100% objectif sinon le systeme hi-fi parfait existerais depuis longtemps.
La subjectivité est une bonne chose pour les commerce hi-fi :music:


D'accord mais ne serait-il pas intéressant de pecevoir ces colorations attribuées aux changements de décor plus qu'un changement de son de ce même instrument dû à des manipulations en studio?

En fait pourquoi viser la perfection sonore? N'y a t'il pas un danger de passer à coté de l'essentiel?

Richard

#6 papitwinki

papitwinki

    Membre actif

  • Collaborateurs
  • PipPipPipPipPip
  • 3192 Messages :
  • Gender:Male

Posté 08 March 2008 à 11:31

Chose certaine, ce que j'entends quand je vais à un concert de musique de chambre ou symphonique ne ressemble pas vraiment à la définition que nous donnons souvent à un système "musical" : un midrange riche et proéminent, des atténuations ("rolloff") plus ou moins marquées aux extrémités du spectre pour ne pas froisser nos oreilles, surtout dans l'aigu, et souvent aussi, un manque de puissance qui se traduit par des écarts dynamiques sous-vitaminés, sans parler du manque de transparence et de transitoires anémiques.

Dans la vraie vie, même un orchestre de chambre, par exemple, est capable d'écarts dynamiques qui, pour être reproduits, demandent une réserve en puissance que beaucoup, sinon une majorité d'amplis ne possèdent tout simplement pas. Le personnage peut-être passablement vantard et énervant et avoir un ego digne des Wilson Alexandria, mais personnellemnt je souscris à l'idée d'Anthony Michaelson de Musical Fidelity que la plupart des nos systèmes sont sous-alimentés en puissance.

Pour avoir assisté l'an dernier à un concert de musique de chambre de Shostakovich, je peux vous dire que çà brassait pas à peu près, et que pour reproduire l'impact du seul piano par exemple, je me demandais bien quel sapristi de système serait en mesure d'y arriver. Aussi, les violons se risquaient dans des régions de l'aigu que, les eusse-t-on entendues chez soi, on aurait peut-être reproché à notre système d'être trop "bright". Sauf anomalies sérieuses de la salle où se déroule le concert, il n'y a pas d'atténuations à quelque endroit du spectre lors d'une performance live d'un orchestre : tous les registres et toutes les fréquences s'offrent à l'écoute sans discrimination. Pour reproduire les mouvements d'archet at autres phénomènes musicaux sans lesquels la musique perd sa moelle, il faut un système avec des transitoires fulgurants. Pour avoir des transitoires fulgurants, il ne faut pas avoir beaucoup de faiblesses dans sa chaîne, et pour avoir un message musical crédible, il faut aussi un système capable de reproduire les "decays" avec réalisme, ce que tous les systèmes ne réussissent pas non plus avec le même bonheur.

Pour revenir à la question originale de cette discussion, mon impression est la suivante : bien souvent, ce que nous faisons quand nous achetons des composantes pour un système de reproduction stéréo, c'est, consciemment ou non, de l'aveuglement plus ou moins volontaire. Souvent, nous déformons le message musical en cherchant à "l'embellir", à le rendre agréable ou à éviter tout risque de fatigue auditive. Nous dosons la coloration en fonction de nos préférences et de notre sensibilité auditive. Et puis pourquoi pas, puisque, en définitive, celui qui paie peut bien faire ce qu'il veut.

Rétroactivement, je réalise que c'est ce que j'ai fait au début, malgré que je sentais que je faisais peut-être fausse route. Et puis, quelques années plus tard, j'ai totalement changé de direction, et j'ai finalement opté pour un système passablement puissant, résolument transparent et linéaire, lunineux au point d'être presque aveuglant par moments, et qui, je dois le reconnaître, ne pardonne pas les mauvais enregistrements. Mettez du Bryston, des JM Labs, le lecteur SuperNova de Sim et du Nordost ensemble, et c'est à peu près ce que çà donne.

Quelques personnes, que je respecte d'ailleurs, m'ont dit : "mais t'es malade ! Tu parles d'un kit pour écouter du classique , et de la musique de chambre en plus." Guess what, je crois, basé sur ce que j'ai entendu "live", que c'est ce que çà prend si l'on veut reproduire l'événement de la façon la plus fidèle possible. Et quand ces gens viennent chez moi, et que je leur fais écouter, disons, un quatuor avec piano bien enregistré, comme ce vieil enregistrement de La Truite de Schubert que j'écoute en ce moment, ils n'en reviennent généralement pas. Autant çà peut être mauvais sur de mauvais enregistrements, autant çà peut être "jaw dropping" sur les bons. S'applique au rock et au jazz aussi. Sûr, si l'événement a été mal enregistré, mauvaise prise de son ou mix ou quoi encore, ce ne sera pas joli à entendre. Mais quand c'est bien fait, c'est le nirvana, sans mauvais jeu de mots ppour les plus vieux ici.

Mais tout çà, finalement, ce sont mes idées à moi, j'espère n'avoir froissé les oreilles de personne et je m'en excuse à l'avance si certains n'apprécient pas.

Bon, maintenant, où ai-je donc remisé ma combinaison en amiante ? Je crois que j'en aurai peut-être besoin.

#7 Dickduff

Dickduff

    Membre actif

  • Membres
  • PipPipPipPipPip
  • 963 Messages :
  • Gender:Male

Posté 08 March 2008 à 12:11

Chose certaine, ce que j'entends quand je vais à un concert de musique de chambre ou symphonique ne ressemble pas vraiment à la définition que nous donnons souvent à un système "musical" : un midrange riche et proéminent, des atténuations ("rolloff") plus ou moins marquées aux extrémités du spectre pour ne pas froisser nos oreilles, surtout dans l'aigu, et souvent aussi, un manque de puissance qui se traduit par des écarts dynamiques sous-vitaminés, sans parler du manque de transparence et de transitoires anémiques.

Dans la vraie vie, même un orchestre de chambre, par exemple, est capable d'écarts dynamiques qui, pour être reproduits, demandent une réserve en puissance que beaucoup, sinon une majorité d'amplis ne possèdent tout simplement pas. Le personnage peut-être passablement vantard et énervant et avoir un ego digne des Wilson Alexandria, mais personnellemnt je souscris à l'idée d'Anthony Michaelson de Musical Fidelity que la plupart des nos systèmes sont sous-alimentés en puissance.

Pour avoir assisté l'an dernier à un concert de musique de chambre de Shostakovich, je peux vous dire que çà brassait pas à peu près, et que pour reproduire l'impact du seul piano par exemple, je me demandais bien quel sapristi de système serait en mesure d'y arriver. Aussi, les violons se risquaient dans des régions de l'aigu que, les eusse-t-on entendues chez soi, on aurait peut-être reproché à notre système d'être trop "bright". Sauf anomalies sérieuses de la salle où se déroule le concert, il n'y a pas d'atténuations à quelque endroit du spectre lors d'une performance live d'un orchestre : tous les registres et toutes les fréquences s'offrent à l'écoute sans discrimination. Pour reproduire les mouvements d'archet at autres phénomènes musicaux sans lesquels la musique perd sa moelle, il faut un système avec des transitoires fulgurants. Pour avoir des transitoires fulgurants, il ne faut pas avoir beaucoup de faiblesses dans sa chaîne, et pour avoir un message musical crédible, il faut aussi un système capable de reproduire les "decays" avec réalisme, ce que tous les systèmes ne réussissent pas non plus avec le même bonheur.

Pour revenir à la question originale de cette discussion, mon impression est la suivante : bien souvent, ce que nous faisons quand nous achetons des composantes pour un système de reproduction stéréo, c'est, consciemment ou non, de l'aveuglement plus ou moins volontaire. Souvent, nous déformons le message musical en cherchant à "l'embellir", à le rendre agréable ou à éviter tout risque de fatigue auditive. Nous dosons la coloration en fonction de nos préférences et de notre sensibilité auditive. Et puis pourquoi pas, puisque, en définitive, celui qui paie peut bien faire ce qu'il veut.
Rétroactivement, je réalise que c'est ce que j'ai fait au début, malgré que je sentais que je faisais peut-être fausse route. Et puis, quelques années plus tard, j'ai totalement changé de direction, et j'ai finalement opté pour un système passablement puissant, résolument transparent et linéaire, lunineux au point d'être presque aveuglant par moments, et qui, je dois le reconnaître, ne pardonne pas les mauvais enregistrements. Mettez du Bryston, des JM Labs, le lecteur SuperNova de Sim et du Nordost ensemble, et c'est à peu près ce que çà donne.

Mais tout çà, finalement, ce sont mes idées à moi, j'espère n'avoir froissé les oreilles de personne et je m'en excuse à l'avance si certains n'apprécient pas.

Bon, maintenant, où ai-je donc remisé ma combinaison en amiante ? Je crois que j'en aurai peut-être besoin.


Papitwinki, ce ne sont certainement pas mes oreilles qui ont été froissées.

Je suis en total accord avec ce que tu as écrit, j'aimerais ajouter une petite précision. Lorsque j'ai lancé la discussion j'ai hésité un millième de seconde en me disant que peut être ce sujet sera mal interprété, principalement sur la question du droit d'acheter avec une vision personnelle de la hi-fi. En caractère gras va dans ce sens mais est-ce de la haute fidélité?

Ce que j'aimerais qu'il ressorte c'est justement ce point, nous avons une incidence immense sur le son que nous avons chez nous, j'exagère à peine en disant que nous pouvons faire d'une trompette un doux instrument de musique et que cela ressemble encore à une trompette.

La question est-ce vraiment de la hifi? Est-ce que l'audiophilie est une étape vers la haute fidélité? Autre question platte, avons nous des appareils qui peuvent porter l'étiquette haute fidélité? Avec cette propension au beau son, ne passons-nous pas à coté de la réalité tel que papitwinki la décrit si bien dans son deuxième paragraqhe.

Amicalement

Richard

En passant, tu t'approvisionnes où pour tes combinaisons d'amiante LOL

Ce message a été modifié par Dickduff - 08 March 2008 à 12:13 .


#8 Notule

Notule

    Membre actif

  • Membres
  • PipPipPipPipPip
  • 863 Messages :
  • Gender:Male
  • Location:Québec
  • Interests:Haut-parleur DIY

Posté 08 March 2008 à 12:29

Mais tout çà, finalement, ce sont mes idées à moi, j'espère n'avoir froissé les oreilles de personne et je m'en excuse à l'avance si certains n'apprécient pas.

Tout est l’a, a chaque un ses goûts de toute façon le but est de ce faire plaisir :music: non pas aux autre.

#9 Icarius

Icarius

    Membre actif

  • Membres
  • PipPipPip
  • 121 Messages :

Posté 08 March 2008 à 12:49

Bon matin Dickduff.

Elle est excellente ta question.

Il y en a une différence, et une grosse en plus. Pour moi évidemment.

Oui, un système haute fidélité se doit d'être le plus neutre possible, le moins coloré, et malheureusement c'est
probablement la chose la plus difficile a obtenir. Que de joie de pouvoir entendre les différences entre
les types de pianos, le son des violons etc., le timbre etc... . C'est certain que le système qui va nous permettre de restituer exactement tout n'existe pas. La puissance demandée pour y arriver est tout simplement gigantesque.
Mais on peut arriver à avoir une très bonne illusion.

L'audiophilie, par contre, va dans une toute autre direction. Il choisit son matériel en fonction de critère
très personnel comme: "moi j'aime ça quand sa sonne analogue", "j'aime un son chaud", etc. et il se retrouve avec un
système qui est quelque fois loin voir très très loin de la réalité, ou du moins l'illusion de la réalité.

Combien de fois j'ai entendu un système tellement coloré qu'il était impossible de comprendre ce que la chanteuse
disait, avec une articulation presque inexistante, d'un tonus a compétitionner un bulldozer, ou tout simplement
avoir des instruments manquants, noyé ou tout simplement inexistant.

Évidemment tout est une question de goût, chacun a le droit de prôner dans la direction qu'il veut.

#10 jcrotel

jcrotel

    Membre actif

  • Membres
  • PipPipPipPip
  • 494 Messages :

Posté 08 March 2008 à 13:09

Ce qui je crois, te donne un gros avantage, est que tu sembles asissiter a passablement de concerts et en ce sens, pouvoir faire de la "discrimination" entre tels ou tels "rendement" de composantes. Une oreille habituée à divers instruments acoustique joués par des "pro" a surement un avantage incroyable sur les autres.

On a tous nos références. Les miennes sont limitées (une guitare sèche, une "Norman" comme celles qu'utilisaient les Fiori et autres musicines du Québec des années 70, et un Kawai sur lequel ma fille fait ses pratiques de piano). Quand j'écoute un disque qui comporte des passages de ces instruments, j'ai des références. Exemple, quand je joue une "toune" d'harmonium "avec le disque" et à volume comparable, je peux "voir" la différence de sonorité (et malheureusement de virtuosité mais ça, c'est une autre affaire).

Un concerto de violons ou un ensemble de "brass" ? Autant je me délecte, autant je sais ne pas avoir de références pour dire si c'est "fidèle ou pas".

J'apprécie grandement les contributions (opinions) de gens qui ont, comme toi, cette "expérience auditive".

#11 Dickduff

Dickduff

    Membre actif

  • Membres
  • PipPipPipPipPip
  • 963 Messages :
  • Gender:Male

Posté 08 March 2008 à 13:10

Bon matin Dickduff.

Elle est excellente ta question.

Il y en a une différence, et une grosse en plus. Pour moi évidemment.

Oui, un système haute fidélité se doit d'être le plus neutre possible, le moins coloré, et malheureusement c'est
probablement la chose la plus difficile a obtenir. Que de joie de pouvoir entendre les différences entre
les types de pianos, le son des violons etc., le timbre etc... . C'est certain que le système qui va nous permettre de restituer exactement tout n'existe pas. La puissance demandée pour y arriver est tout simplement gigantesque.
Mais on peut arriver à avoir une très bonne illusion.

L'audiophilie, par contre, va dans une toute autre direction. Il choisit son matériel en fonction de critère
très personnel comme: "moi j'aime ça quand sa sonne analogue", "j'aime un son chaud", etc. et il se retrouve avec un
système qui est quelque fois loin voir très très loin de la réalité, ou du moins l'illusion de la réalité.

Combien de fois j'ai entendu un système tellement coloré qu'il était impossible de comprendre ce que la chanteuse
disait, avec une articulation presque inexistante, d'un tonus a compétitionner un bulldozer, ou tout simplement
avoir des instruments manquants, noyé ou tout simplement inexistant.

Évidemment tout est une question de goût, chacun a le droit de prôner dans la direction qu'il veut.


Salut,

Tu as très bien compris ce que je tente de dire. Dans le fond une démarche audiophile en est une personnelle avec pas mal de soi dans la reproduction. Un démarche haute fidélité et c'est là le grand défi, c'est de faire abstraction de ses goûts.

Ce qui semble ressortir depuis le début de cette discussion, c'est le besoin très grand de puissance. Si l'on reste avec l'idée de la haute fidélité, après la puissance, seriez-vous tenté par des HPs de basse, moyenne ou haute efficacité? Une source avec des caractéristiques le plus neutres possible? En fait quelle allure aurait votre chaine? Serait elle plus simple, plus complexe?

Richard

#12 jcrotel

jcrotel

    Membre actif

  • Membres
  • PipPipPipPip
  • 494 Messages :

Posté 08 March 2008 à 13:11

Ce qui je crois, te donne un gros avantage ...
J'apprécie grandement les contributions (opinions) de gens qui ont, comme toi, cette "expérience auditive".


J'adressais cela partculièrement à papitwinki

#13 Invité_cbrien_*

Invité_cbrien_*
  • Guests

Posté 08 March 2008 à 13:19

Faut pas venir fou avec la puissance non plus je crois,les enregistrements ne sont pas fait pour etre reproduit dans
des auditoriums mais dans des salons ou des pieces de dimensions normales d'une maison privée.
pas besoin de plusieurs centaines de watt. À moins de posséder des enceintes vraiment gourmandes.
Selon moi , la vrai HI-FI passe par la haute efficacité pour les énormes qualités de celle-ci.

Dynamique et vitalité.

#14 matamor

matamor

    Membre non actif

  • non actif
  • PipPipPipPipPip
  • 3048 Messages :
  • Gender:Male
  • Location:Quelquepart

Posté 08 March 2008 à 13:20

Incroyable, la synchronicité.
J'allais partir un thread avec EXACTEMENT le même sujet ce matin, mais je n'avais pas le temps...
Merci dickduff, je n'ai pas le temps de lire aujourd'hui, mais je vais définitivement y revenir! :waytogo:

#15 papitwinki

papitwinki

    Membre actif

  • Collaborateurs
  • PipPipPipPipPip
  • 3192 Messages :
  • Gender:Male

Posté 08 March 2008 à 13:48

Faut pas venir fou avec la puissance non plus je crois,les enregistrements ne sont pas fait pour etre reproduit dans
des auditoriums mais dans des salons ou des pieces de dimensions normales d'une maison privée.
pas besoin de plusieurs centaines de watt. À moins de posséder des enceintes vraiment gourmandes.
Selon moi , la vrai HI-FI passe par la haute efficacité pour les énormes qualités de celle-ci.

Dynamique et vitalité.



La puissance ne sert pas à "faire jouer fort" dans un contexte de haute-fidélité. Un ampli avec une bonne réserve de courant et "rapide" sera plus efficace, en particulier, au niveau des transitoires ("transients"), et sera plus en mesure de reproduire et de faire ressortir les contrastes dynamiques, et çà, c'est très important (en tout cas, sur la musique classique). Par exemple, les "fortissimo" dans une pièce pour orchestre, ou, tout simplement, les passages plus dynamiques, et dynamiques, ils peuvent l'être en tabarouette sur plusieurs pièces. Pour arriver à les reproduire correctement, il faut généralement une réserve de puissance considérable.

(Au niveau du rock, bien qu'on aime généralement que çà "joue fort", c'est beaucoup moins exigeant parce que tout est énormément compressé et "joue fort" également, sans trop de contrastes. Tout est toujours au laid fixe.)

En passant, la musique classique est probablement la plus difficile à reproduire. Les timbres des violons et du piano en particulier, pas évident à reproduire, ni ceux des violoncelles et les basses fréquences des contrebasses. La voix des Callas, Tebaldi, Gauvin (pourquoi pas..), les cuivres, l'orgue, non plus. (J'ajouterai que pour aller chercher une certaine séparation des instruments dans la masse des cordes, çà prend un fichu bon lecteur aussi.)

Comparez Roméo et Juliette (Tchaikovsky, la version sur DG avec Pletnev) avec un ampli sous-vitaminé, et la même pièce sur un ampli avec une bonne réserve de puissance, et c'est le jour et la nuit, on ne parle même plus de la même pièce.

(Oops, je viens de voir qu'il y a un lecteur Musical Fidelity A5 usagé chez Audio d'Occasion, je ne sais pas dans quelle condition il est, mais à ce prix il coûte moins que la moitié du neuf, et je vous assure que c'est un lecteur qui "sonne" en tabarouette. De ce que je connais, je ne peux rien imaginer qui joue mieux à ce prix.)

Ce message a été modifié par papitwinki - 08 March 2008 à 14:00 .


#16 Icarius

Icarius

    Membre actif

  • Membres
  • PipPipPip
  • 121 Messages :

Posté 08 March 2008 à 13:56

Salut,

Ce qui semble ressortir depuis le début de cette discussion, c'est le besoin très grand de puissance. Si l'on reste avec l'idée de la haute fidélité, après la puissance, seriez-vous tenté par des HPs de basse, moyenne ou haute efficacité? Une source avec des caractéristiques le plus neutres possible? En fait quelle allure aurait votre chaine? Serait elle plus simple, plus complexe?

Richard


Salut Richard,

Pour le choix des HP, je n'ai pas pris le critère d'efficacité en ligne de compte.

J'ai tenté de trouver celui qui me semblait le plus fidèle, le plus neutre possible. Mon choix a été un Dynaudio Contour 4, un trois voie avec passif qui a une efficacité de 86 db. Le tweeter et le medium de ce hp est tout simplement incroyable, je dirais même qu'ils doivent venir d'une autre planète. :blink:

Tout y est. La précision, la cohérence (même pour un multi voie) le poids, la rapidité, en fait je n'ai pas entendu de meilleur HP (pour moi bien sûr) et pourtant j'en ai entendu beaucoup. D'ailleur c'est la facade de ce hp qui est mon avatar. Les Dynaudio Confidence 5 serait un autre hp que je placerais dans cette catégorie.

A cause du manque d'efficacité de ce HP, ma demande en courant est énorme d'ou le besoin d'un ampli a fort courant.

Présentement, tout le système est a sa plus simple expression. cd - pré - 2 ampli monobloc - hp mais je travaille sur un projet de crossover actif pour pouvoir utiliser 6 ampli pour alimenter ce HP, + 2 autres ampli pour un système de sub pour avoir le coté cinema maison.

Alors d'un côté je complexifie le tout pour simplifier de l'autre côté.

#17 Invité_cbrien_*

Invité_cbrien_*
  • Guests

Posté 08 March 2008 à 13:56

La puissance ne sert pas à "faire jouer fort" dans un contexte de haute-fidélité. Un ampli avec une bonne réserve de courant et "rapide" sera plus efficace, en particulier, au niveau des transitoires ("transients"), et sera plus en mesure de reproduire et de faire ressortir les contrastes dynamiques, et çà, c'est très important. Par exemple, les "fortissimo" dans une pièce pour orchestre, ou, tout simplement, les passages plus dynamiques, et dynamiquies, ils peuvent l'être drôlement parfois. Pour arriver à les reproduire, il faut généralement une réserve en puissance considérable. (Au niveau du rock, bien qu'on aime généralement que çà "joue fort", c'est beaucoup moins exigeant parce que tout est énormément compressé et "joue fort" également, sans trop de contrastes.)

En passant, la musique clasique est probablement la plus difficile à reproduire. Les timbres des violons et du piano en particulier, pas évident à reproduire, ni ceux des violoncelles et les basses fréquences des contrebasses. La voix des Callas, Tebaldi, Gauvin (pourquoi pas..), les cuivres, l'orgue, non plus. (Aller chercher une certaine séparation des instruments dans la masse des cordes, çà prend un fichu bon lecteur aussi.)

Écoutez Roméo et Juliette (Tchaikovsk, la version sur DG avec Pletnev) avec un ampli sous-vitaminé, et un autre avec une bonne réserve de puissance, et c'est le jour et la nuit, on ne parle même plus de la même pièce.


Je suis tout a fait d'accord avec toi Monsieur .J'ai moi même des HP ayant 98 db et un ampli de 2 x 200 watt.

#18 Icarius

Icarius

    Membre actif

  • Membres
  • PipPipPip
  • 121 Messages :

Posté 08 March 2008 à 14:02

Faut pas venir fou avec la puissance non plus je crois,les enregistrements ne sont pas fait pour etre reproduit dans
des auditoriums mais dans des salons ou des pieces de dimensions normales d'une maison privée.
pas besoin de plusieurs centaines de watt. À moins de posséder des enceintes vraiment gourmandes.
Selon moi , la vrai HI-FI passe par la haute efficacité pour les énormes qualités de celle-ci.

Dynamique et vitalité.



L'idée de puissance élevée ne sert que pour avoir un meilleur contrôle sur le HP. Pas pour jouer plus fort.

De sentir que le système ne semble pas avoir de limite est très important.

Malgré tout, j'étais encore à un concert dernièrement, et je peux dire que malgré tout le bien que je peux penser de mon système, j'en suis encore à des années lumières de ce que j'entends en salle de concert.

#19 papitwinki

papitwinki

    Membre actif

  • Collaborateurs
  • PipPipPipPipPip
  • 3192 Messages :
  • Gender:Male

Posté 08 March 2008 à 14:04

Salut Richard,

Pour le choix des HP, je n'ai pas pris le critère d'efficacité en ligne de compte.

J'ai tenté de trouver celui qui me semblait le plus fidèle, le plus neutre possible. Mon choix a été un Dynaudio Contour 4, un trois voie avec passif qui a une efficacité de 86 db. Le tweeter et le medium de ce hp est tout simplement incroyable, je dirais même qu'ils doivent venir d'une autre planète. :blink:

Tout y est. La précision, la cohérence (même pour un multi voie) le poids, la rapidité, en fait je n'ai pas entendu de meilleur HP (pour moi bien sûr) et pourtant j'en ai entendu beaucoup. D'ailleur c'est la facade de ce hp qui est mon avatar. Les Dynaudio Confidence 5 serait un autre hp que je placerais dans cette catégorie.

A cause du manque d'efficacité de ce HP, ma demande en courant est énorme d'ou le besoin d'un ampli a fort courant.

Présentement, tout le système est a sa plus simple expression. cd - pré - 2 ampli monobloc - hp mais je travaille sur un projet de crossover actif pour pouvoir utiliser 6 ampli pour alimenter ce HP, + 2 autres ampli pour un système de sub pour avoir le coté cinema maison.

Alors d'un côté je complexifie le tout pour simplifier de l'autre côté.



Personnellement, je suis un gros fan des produits Dynaudio. Mais contrairement à la croyance populaire, ils ne sont pas aussi exigeants que leur fiche technique le laisse croire (ils le sont quand même), parce que, si l'impédance est relativement basse, elle ne varie pas beaucoup.

Le downside, c'est que, comme la majorité des enceintes relativement inefficaces, elles ne sont pas les meilleures à bas volume. Mais une fois "allumées", wow.

Ce message a été modifié par papitwinki - 08 March 2008 à 14:07 .


#20 Invité_cbrien_*

Invité_cbrien_*
  • Guests

Posté 08 March 2008 à 14:26

avoir à choisir entre un HP qui "allume" à 1/2 watt et un autre qui le fait à 25 watt... la réponse est évidente!

Car n'oublions pas que les watt...les manufacturiers nous les charges à grand prix.

#21 papitwinki

papitwinki

    Membre actif

  • Collaborateurs
  • PipPipPipPipPip
  • 3192 Messages :
  • Gender:Male

Posté 08 March 2008 à 14:27

Un watt c'est bien, un ampère c'est mieux

#22 Invité_cbrien_*

Invité_cbrien_*
  • Guests

Posté 08 March 2008 à 14:31

Un watt c'est bien, un ampère c'est mieux



et oui.... même en sonorisation ils ont compris. Altec , JBL , EV, Klipsh font des HP ayant plus de 98 db .

Pourquoi ?

#23 Dickduff

Dickduff

    Membre actif

  • Membres
  • PipPipPipPipPip
  • 963 Messages :
  • Gender:Male

Posté 08 March 2008 à 15:34

Ce qui je crois, te donne un gros avantage, est que tu sembles asissiter a passablement de concerts et en ce sens, pouvoir faire de la "discrimination" entre tels ou tels "rendement" de composantes. Une oreille habituée à divers instruments acoustique joués par des "pro" a surement un avantage incroyable sur les autres.

On a tous nos références. Les miennes sont limitées (une guitare sèche, une "Norman" comme celles qu'utilisaient les Fiori et autres musicines du Québec des années 70, et un Kawai sur lequel ma fille fait ses pratiques de piano). Quand j'écoute un disque qui comporte des passages de ces instruments, j'ai des références. Exemple, quand je joue une "toune" d'harmonium "avec le disque" et à volume comparable, je peux "voir" la différence de sonorité (et malheureusement de virtuosité mais ça, c'est une autre affaire).

Un concerto de violons ou un ensemble de "brass" ? Autant je me délecte, autant je sais ne pas avoir de références pour dire si c'est "fidèle ou pas".

J'apprécie grandement les contributions (opinions) de gens qui ont, comme toi, cette "expérience auditive".


J'aime beaucoup ton intervention parce qu'elle fait ressortir l'importance d'écouter des instruments réels et aussi l'impossibilité de pouvoir écouter tous les instruments de musiques, toutes les marques.

Je me rends compte que la définition de la réalité, la connaissance du son des instruments n'est pas à la portée de tous pour toutes sortes de raisons et franchement je serais malheureux d'apprendre que quelqu'un cesse d'écouter de la musique parce qu'il n'a pas cette expertise. La première des choses à faire c'est de développer le goût de la musique et pour le développer il faut en écouter et si tu as la chance d'écouter de vrais instruments, bingo.

Tu sais, comme plusieurs membres de ce forum d'ailleurs, aussi loin que je me souvienne, j'écoutais de la musique et aussi loin que je regarde vers le futur je compte écouter de la musique. Si c'est ton cas, c'est une riche expertise.

J'ai lancé cette discussion pour réfléchir ensemble sur qu'est-ce que ça prend pour réussir une démarche haute fidélité et de voir si possible les différences entre une démarche audiophile et haute fidélité car je crois qu'il y a une différence entre les deux démarches. Y en t'il une meilleure? Je n'ose franchir le faussé bien que j'aie mon idée.

Richard

#24 papitwinki

papitwinki

    Membre actif

  • Collaborateurs
  • PipPipPipPipPip
  • 3192 Messages :
  • Gender:Male

Posté 08 March 2008 à 15:41

J'ai lancé cette discussion pour réfléchir ensemble sur qu'est-ce que ça prend pour réussir une démarche haute fidélité et de voir si possible les différences entre une démarche audiophile et haute fidélité car je crois qu'il y a une différence entre les deux démarches. Y en t'il une meilleure? Je n'ose franchir le faussé bien que j'aie mon idée.

Richard



Allez allez, mouille-toi, franchis, franchis ! Je te prêterai ma combinaison en amiante au besoin.

#25 Dickduff

Dickduff

    Membre actif

  • Membres
  • PipPipPipPipPip
  • 963 Messages :
  • Gender:Male

Posté 08 March 2008 à 16:12

Allez allez, mouille-toi, franchis, franchis ! Je te prêterai ma combinaison en amiante au besoin.


Ouin! J'aurais peut être pas dû écrire les derniers mots, mais bon....

Pour moi l'objectif est plus haute fidélité. J'admettrai aussi que c'est un changement de cap assez récent. Avec Claude hier, on se rappelait nos premières années en hifi, on remonte dans les années 70. L'image y en avait tout simplement pas, les enregistrements de l'époque étaient pitoyables pour la plupart, rappelez vous les Genesis, Yes et autres groupe phares, ce n'était pas des chefs d'oeuvres d'enregistrement. Mais il y avait des exceptions, Harmonium au Québec, beaucoup d'enregistrements en importation. Pour revenir à l'image, il se peut que le manque de connaissance n'y était pas simplement.

Depuis cette époque, beaucoup d'expériences, de lecture, de changements pour en arriver à aujourd'hui avec une chaine à mon goût, perfectible oui mais avec une bonne assise.

Récemment, je regardais la charte des fréquences des instruments de musique. Je vais à basse, 41Hz, je descend et très peu d'instruments descendent sous les 40Hz, le piano, les grands orgues. Alors qu'en est il de la basse abyssale, du bas mid plein de riche matière? Je vous le demande.

Rien dans la vraie vie ne performe autant pour la basse profonde, ou un médium plein plein qu'une chaine audiophile. Je ne parle pas de show amplifié à la saveur rock, on s'entend. Alors, fort de ce constat, je me pose depuis cette question, la grosse basse ou la vraie basse. Ce que je crois ou ce qui existe pour vrai. D'ou pour moi l'importance de connaitre les vrais sons des instruments de musique.

Voilà pour mon idée.

Amicalement

Richard




2 utilisateur(s) en train de lire ce sujet

0 membre(s), 2 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)